jeudi, 22 décembre 2016 18:22

L'arbre de Noël de Maniwaki

Le Club Richelieu La Québécoise de Maniwaki fait la manchette de l'hebdomadaire LA GATINEAU du 22 décembre (61e année, no 50).

Voici le texte paru dans l'hebdo sous la plume de Sylvie Dejouy (Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Comme chaque année, le Père Noël a accepté de commencer à distribuer des cadeaux un peu plus tôt que prévu. Des présents recueillis par le Club Richelieu La Québécoise, dans le cadre de l'Arbre de Noël des petits anges, afin de faire des heureux.

Cette très belle tradition existe a Maniwaki depuis une trentaine d'années. C'est à sœur Rita Roy, celle qui était surnommée la sœur des pauvres, qui l'avait instaurée afin de tendre la main aux familles démunies. Le Club Richelieu la Québécoise est impliqué depuis plusieurs années, bien avant d'avoir le flambeau de sœur Rita Roy. « Tous les ans on fait une liste de familles à aider, explique Muguette Céré, membre du club. Chaque enfant doit écrire des suggestions de cadeaux. Après on demande aux gens de donner. »

La distribution a été faite la semaine dernière auprès de 41 foyers de Maniwaki, Messines, Kitigan Zibi, Bouchette, Montcerf-Lyttin. Cette année, 96 cadeaux ont été donnés. En plus des dons de la population le magasin Hart en a remis aussi, après avoir proposé à ses clients de contribuer.

Cette initiative permet de donner un bon coup de pouce à des familles dans le besoin. Personne n'est à l'abri de vivre une situation difficile. Pour la distribution, le Père Noêl a été aidé d'une dizaine de bénévoles.

Les membres du Club Richelieu la Québécoise tiennent à remercier le centre d'achat pour le prêt d'un local, le magasin Abella qui a donné un coup de main, toutes les personnes qui ont donné.

À Gracefield aussi

Ici, l'Arbre des petits anges est supervisé par les Œuvres de charité. Les personnes intéressées à faire un don devaient se rendre au CLSC pour prendre une figurine à laquelle était accrochée une étiquette. Après avoir acheté la surprise à offrir, il suffisait de l'apporter au CLSC. Là aussi, l'initiative permettra de mettre le sourire sur le visage d'enfants issus de famille en grand besoin.

Correspondante de La Québécoise de Maniwaki : Marie-Anne Poulin

Laissez un commentaire